IMG_0120

 

 

Je ne suis pas un grand fan de cette journée d’ouverture, elle ne reflète pas ce qui me fait vibrer dans la pêche à la truite. Mais puisque cela fait des mois que je trépigne derrière mon étau, l’idée de passer une journée au bord de l’eau avec des amis me semble valoir le coup. Dès l’arrivée sur la rivière c’est le même rituel que chaque année, on constate peu d’activité de la part des truites, une visibilité moindre, pas ou peu d’insecte, des pêcheurs tous les dix mètres sur les meilleures portions bref un vrai bonheur. Pour rajouter une petite contrainte on décide de pêcher à la mouche ce qui est objectivement le choix de technique le plus inadapté vu les conditions mais bon, on a tous nos préférences et le rendement ne fait pas partie de nos priorités ce jour là.

Ca n’est certainement pas la journée de pêche idéale mais l’ambiance est familière, on croise quelques pêcheurs avec qui on a déjà échangé et raconté la même chose l’année d’avant , on bavarde avec le garde pour prendre des infos…et on constate l’état de la population piscicole. Et là tout de suite c’est moins marrant. Sur une petite rivière calcaire ou il y a de belles farios sauvages nous n’avons observé comme activité que le simulacre de reproduction de truites de remise qui agglutinées sur les même spots ont passé un sale quart d’heure grâce aux cuillers et vers qui leur ont été présentés toute la journée. Puisqu’on en est la, nous sortons les streamers pour faire plier un peu de carbone et retrouver quelques sensations mais pas avec l’enthousiasme d’une vraie partie de pêche, presque par dépit. Je n’ai rien contre les truites arc en ciel, j’ai eu l’occasion de m’y mesurer dans leur milieu naturel et c’est vraiment un poisson exceptionnel, mais ces poissons là, idiots, vorace, abimés, tellement inadaptés qu’on ne voit qu’eux! Quel mérite peut on bien retirer de leur capture. A quoi bon passer des heures à imiter des insectes quand un plumeau rose fuschia marche mieux que le reste?

Au delà de notre propre manque de satisfaction quand aux poissons rencontrés ce jour la je me pose quelques questions sur l’impact d’empoissonnements aussi importants. Certaines truite arc en ciel ayant passé toute l’année dernière en rivière ont été capturées et je pense qu’elles n’ont pas mangé que des insectes vu leur tour de taille. Les alevins de toutes espèces ont du bien souffrir de cette introduction massive de prédateurs rapides et voraces et même si le parcours est en no-kill pour la truite fario nous favorisons son déclin par de tels procédés. Je ne blâme pas une société de pêche en particulier et c’est la raison pour laquelle je ne nomme pas la rivière. Je me doute que les nombreuses cartes de pêche que cet évènement fait vendre dégage des sommes nécessaires à la bonne organisation de la pêche en France mais l’appellation AAPPMA implique également une Protection des Milieux Aquatiques (c’est la moitié de l’énoncé quand même!) et la on est entrain d’abimer plus que de protéger.

IMG_0125